dimanche, janvier 05, 2014

Un coup préparé par le Ministre de l'Intérieur? ou Comment (tenter d') impressionner une opinion un peu trop libertaire...



 Le 4 octobre 1994, deux jeunes gens aux idées révolutionnaires, Florence Rey et Audry Maupin, commettent un braquage puis une tuerie qui balaie trois policiers et Audry Maupin lui-même. Les médias font grand cas de cette actualité sanglante et l’Assemblée nationale vote dans l’urgence les mesures voulues par Charles Pasqua. On apprendra par la suite que c’est Abdelhakim Dekhar, militant de la gauche radicale et travaillant pour les services secrets algériens qui avait procuré au couple l’arme du crime et qui, selon divers témoins, était présent en tant que guetteur lors du braquage qui a mal tourné (et qu'on retrouve armé à BFMTV et à Libération en novembre 2013 !!!...). Entre-temps sont votées dans l'urgence les mesures voulues par le ministre de l'intérieur Charles Pasqua, entre autres la loi sur vidéo-surveillance, et la police française obtient une augmentation de 70 % de son budget, cent cinquante commissariats, cinq mille policiers supplémentaires.
Et Valls aujourd'hui? Comment va-t-il faire (dans ses dernières chances de sauver un certain isme en France...) pour présenter des arguments typiques d'une dictature sans jeter de l'huile sur le feu du désir ardent de liberté que cette fausse démocratie conçoit d'assoupir?

« Les agents secrets du tsarisme y jouent un tel rôle qu’il est impossible de séparer l’histoire de la révolution de l’histoire de leur provocations ». - Enzensberger, Les rêveurs de l’absolu.

« Tout état moderne contraint de défendre son existence contre des populations qui mettent en doute sa légitimité est amené à utiliser à leur encontre les méthodes les plus éprouvées de la mafia historique, et à leur imposer ce choix : terrorisme ou protection de l’état. » - Michel Bounan, Logique du terrorisme.

Libellés : , ,