lundi, mai 27, 2013

Réel, narration, "Choc des civilisations" et simulacres


Si vous avez plus de 5 ans, vous pouvez comprendre ce qui suit. Si vous en avez moins, vous pouvez vous contenter de regarder les informations à la télévision ou regarder simplement cette vidéo amateur prise tranquillement par quelqu'un qui ne tremble pas, qui semble ne rien craindre...

Dans les différents montages qu'on peut observer dans les news, on remarque que cette scène où l'on voit cette dame avec son caddie chargé de courses venir vers le supposé assassin (et devant lui ensuite), a été coupée. La plupart des chaînes d'information ont coupé la scène où l'on voit cette dame car cette scène montre d'office le ridicule de cette vidéo. Ce que les journalistes, les monteurs ne comprennent pas, ils le coupent : cette dame traversant au loin la rue et s'approchant du présumé tueur montre de toute évidence que tout ceci est un CANULAR, une ARNAQUE de la PROPAGANDE.

Je me demande ce qui reste de structure logique dans l'esprit des gens pour qui ces images n'éveillent pas de suite la suspicion, ou ne leur font poser aucune question. Repassez-vous la scène mille fois, s'il le faut.

Le plus étrange, l'indice suprême que cette comédie est un montage ridicule destiné à élaborer de la haine et vendre de la guerre (juste et démocratique, donc...), c'est la dame qui n'est pas arrêtée par les gens qui sont là, derrière, au loin, qui sont là depuis plus longtemps, ne montrent aucune panique, ne semblent pas regarder dans la direction du "tueur", n'y prête quasiment aucune attention, et qui n'avertissent de rien cette dame qui passe, qui ne l'empêchent pas d'aller vers « le dangereux criminel ». Comme si de rien n'était, comme s'il ne se passait rien de spécial !... Madame est en promenade, elle revient des courses et ni Jack l'Éventreur ni un dangereux boucher islamiste-qui-doit-nous-faire-peur (« Michael Adebolajo, connu sous le nom musulman Mujahid » (1)), ne la dévieront de son paisible chemin... Pourquoi ne voit-elle pas le corps au sol ? pourquoi passe-t-elle tranquillement ? Parce qu'il n'y a aucun danger, il n'y a pas lieu de s'inquiéter de quoi que ce soit !

Cette dame tranquille est le détail qui tue mais il y a une liste entière de choses qui clochent et qui, loin d'être des détails, sautent aux yeux : pas de sang sur ou auprès de la victime au sol, à qui on aurait coupé littéralement la tête, ou qui semble saigner très proprement..., les mains du supposé criminel sont ensanglantées (colorisées en post-production) mais pas une goutte de sang sur lui (ils ont oublié ça en post-production...), de pied en cap, pas une tâche de sang sur son sweat-shirt, son visage, ses bras, son pantalon, alors que certains témoins disent que le militaire, la victime, a été « découpé à coup de couteau, de hachoir » et «  décapité à la machette. » (2). Essayez chez vous, il vous faut juste un couteau de boucher et un lapin vivant par exemple, et vous comprendrez ce que je veux dire, vous verrez si le sang coule tranquillement (et la pression artérielle d'un humain est sans commune mesure celle d'un lapin...)

Au final, et pour arrêter là le décompte des nombreuses invraisemblances de cette vidéo, une constatation : cette vidéo ressemble étrangement à ce type de moyens permettant de prendre la température du malade, nous autres les spectateurs, à savoir le degré d'annihilation de la capacité de révolte des peuples soumis, la liquidation du jugement, la dissolution de la logique. Les moyens mis en place patiemment en termes de manipulation idéologique et de castration symbolique (et cette vidéo en fait partie) approfondissent l'apathie et mettent au jour un effrayant syndrome de consentement masochiste qui s'ancre profondément dans la tête coupée des moutons spectateurs... Et ça, c'est la réalité.





  • (1) Woolwich Attack, Two men hack soldier wearing « Help Heroes T-Shirt, death...
  • (2) Londres, un militaire décapité en pleine rue par des islamistes!
  • Libellés : , , , , , ,

    lundi, mai 20, 2013

    Contre la propagande de guerre des médias occidentaux : le témoignage crucial de Mère Marie Agnès-Mariam de la Croix sur la Syrie


    R-Courtoisie 2013.05.18 témoignage poignant de...


    Radio courtoisie, LJ des lycéens animé par Antoine Assaf et Olivier François du 18 mai 2013.
    À écouter d'urgence, l'interview au téléphone de Mère Agnès, religieuse travaillant normalement en Syrie mais actuellement au Liban, au sujet de la situation actuelle critique dans la Syrie rongée par 2 années de guerre et les nombreuses exactions criminelles de milices armées et financées par des puissances étrangères. Sœur Agnès dénonce l'hypocrisie des puissances occidentales qui encouragent ce conflit et accuse la communauté internationale de crimes plus odieux que « les heures les plus sombres de l’histoire », ainsi que la lâcheté des organisations catholiques qui n'osent pas révéler les massacres commis par de nombreux musulmans fanatiques contre les nombreuses minorités religieuses et qui vont jusqu'à lui demander de se taire.


    Extrait : " Ce n'est pas une guerre civile, les syriens sont en train de s'entraider. Je vous rappelle que dernièrement il y a eu une alliance qui s'est faite dans un certain point de la Syrie entre l'armée syrienne légale et l'armée syrienne libre qui est faite de conscrits, qui est disciplinée, pour combattre ensemble Jahbat Al-Nosra qui avait achevé d'une manière sauvage 14 soldats syriens, ils avaient été égorgés après avoir été torturés.

    Et donc les Syriens sont en train de se ressaisir, mais que la communauté internationale avec son battage médiatique mensonger qui est en train d'offrir des titres tout à fait alléchants mais qui recouvrent une réalité obscène et occulte dont la communauté internationale, tous ceux qui sont engagés dans cette falsification auront à répondre devant l'Histoire et les Nations Unies parce qu'il y a encore des gens qui voient en Syrie, qu'ils s'arrêtent de donner des labels qui n'existent pas, et de montrer à la communauté internationale occidentale que ce que qui se passe en Syrie est une bravoure de révolutionnaires bien propres qui sont en train de lutter pour notre démocratie, c'est tout à fait faux ! Les révolutionnaires aujourd'hui […] sont désabusés, désenchantés. […] C'est un désenchantement total. En Syrie aujourd'hui, vous avez 40 pays... vous avez des djihadistes qui viennent de 40 pays […], c'est la Tchétchénie, c'est le Maroc, même les États-Unis, vous avez des gens qui viennent de Belgique, […], vous avez des français, des américains, des anglais, des suédois, de partout dans le monde, même de Ceuta, et des îles Comores... c'est un brigandage de ces jeunes, on les enlève, on leur remplit la cervelle, ils croient qu'ils sont en train de combattre Israël, ou bien qu'ils sont à je ne sais quels confins, ils ne savent même pas où ils sont, ils ne parlent pas l'arabe et on les rempli de keptagone, ils sont drogués, et c'est pourquoi vous avez vu l'autre jour un acte de nécrophagisme, il était en train de manger le cœur d'un soldat, ça ne ce fait pas du jour au lendemain, cher ami, c'est quelque chose qui a été préparé, qui a été programmé, et cela crache à la figure de ce qu'on appelle le monde libre, démocratique et libre, qui est lui en train de fabriquer ces choses pour je ne sais quels intérêts ! " 
    - Sœur Marie Agnès de la Croix, 18 mai 2013
     

    Libellés : , , , , , ,

    mercredi, mai 08, 2013

    J'écoutais, en l'accompagnant, la voix de Betty Carter, planté là devant la fenêtre éblouissante de l'ensoleillement de midi, je fermais un instant les yeux, devant le spectacle de deux laideurs simultanées : l'avenue du Général Leclerc et le mièvre paysage de la nostalgie avec l'éphémère impression douloureuse qu'il était difficile d'échapper aux souvenirs et à moi-même.
    Le sujet était toujours là, la puissance d'agir, et pour y parvenir, se défaire de ce mauvais pli, maintenant, qui faisait comme un point d'équilibre, ce que m'a vie avait façonné chez moi, rendu ni plus sensible ni plus endurci : l'indifférence.